Code de déontologie du SNAPEC

Ce code a été rédigé par le Syndicat National des Professionnels de l’Escalade et du Canyon. Il affirme les valeurs partagées et revendiquées par ses adhérents, qui s’engagent à les respecter et à les promouvoir.

  1. Le public

Le professionnel s'efforce de répondre à chaque demande, en se montrant ouvert, tolérant et respectueux de chaque individu.

Il a conscience des valeurs éducatives et sociales des activités sportives qu’il enseigne ; il met ses compétences au service de l'intérêt général.

Il œuvre pour faciliter l'accès à l'escalade et au canyon à des publics qui s'en trouvent éloignés.

Il s'efforce de rendre les publics autonomes dans la pratique des activités.

  1. La sécurité

Généralités

Le professionnel applique les dispositions législatives et réglementaires en vigueur, ainsi que les recommandations émises par le syndicat. Il s’informe et s’implique sur les éventuelles évolutions nécessaires, en privilégiant l'action collective et concertée.

Il met à jour ses connaissances et ses savoirs faire, afin de maintenir un haut niveau de compétence et une fiabilité exemplaire dans l'exercice de sa profession. Il s'informe des contenus actualisés de la formation initiale et s’implique dans la formation continue, dans un souci d'amélioration et d'innovation, pour lui-même et pour la profession.

Avant l’activité

Le professionnel prépare son activité en s’informant des conditions météorologiques et topographiques, mais aussi hydrologiques pour le canyon.

Il a pour lui-même et distribue à chaque participant un matériel adapté et dans les normes.

Il vérifie les compétences techniques et physiques requises par les participants, en fonction de l’activité envisagée.

Il privilégie un nombre réduit de participants car la sécurité est aussi dépendante de l’effectif encadré. Il a conscience que c’est aussi une garantie pour la qualité et la convivialité de la prestation.

Pendant l’activité

Le professionnel énonce clairement les consignes de sécurité, mais aussi les informations liées à l’environnement naturel.

En canyon, il accorde une attention toute particulière aux franchissements d’obstacles par des sauts. Le SNAPEC recommande fortement de limiter la hauteur des sauts avec des participants que le professionnel encadre pour la première fois. L’apprentissage doit être progressif et il ne faut jamais oublier que si on acquiert de l’aisance au fil de la descente, on accumule aussi de la fatigue.

En escalade, il fera preuve de vigilance, y compris dans les techniques les plus basiques. Il veillera à ne pas être déconcentré par l’environnement extérieur, en falaises et plus particulièrement en salles.

Il saura analyser sa prestation, se remettre en question et se réorganiser le cas échéant.

En tant que professionnels, nous nous devons d’avoir toujours le dernier mot.

Savoir renoncer est gage de professionnalisme.

  1. Les sites de pratique

Le professionnel s'informe des contraintes propre à chaque site de pratique, dans l'objectif général de maintenir un accès libre et gratuit, dans le respect des autres usagers.

Il a conscience de la fragilité des milieux naturels et met tout en œuvre pour réduire au maximum l'impact environnemental de ses activités.

Il s'implique dans des actions locales voire nationales pour défendre et promouvoir ces valeurs et ces objectifs.

  1. La profession et les professionnels

Le professionnel a conscience de faire partie d'un corps de métier dont il se montre solidaire, respectueux et loyal.

Il veille à ce que ses opinions ou ses intérêts personnels n'interfèrent pas dans l'intérêt commun de la profession et des professionnels.

Il partage ses connaissances et ses expériences, il apporte si besoin aide et assistance à ses collègues.

Recommandations de sécurité du SNAPEC (année 2017)

Sur la base de l'analyse des 121 formulaires d'accidents déclarés en 2016 dans le cadre de son contrat d'assurance groupe RC, le SNAPEC formule ci-dessous quelques conclusions quant aux situations les plus à risque, associées à des actions de prévention. L'objectif est de limiter le nombre et la gravité des accidents touchant à nos activités.

Il est important de noter quelques chiffres : 92 accidents en canyon dont 56 liés à des sauts ou toboggans et 36 principalement liés à des chutes ou glissades ; 25 accidents en escalade dont 17 en salle et 8 en falaise ; 4 accidents en via-ferrata. Ramené au nombre d’assurés, l’accidentologie est stable entre 2015 et 2016. Le nombre d’accidents en canyon est sensiblement le même qu’en 2015, mais on note une dizaine d’accidents de plus en escalade. La proportion d’accidents graves est là aussi restée stable.

Recommandations de sécurité SNAPEC 2017