Les événements à Narse en novembre : formation à l'équipement et week-end d'entretien !

Formation Equipement FALAISE : 8 novembre 2019

 

Le vendredi 8 novembre, j’organise une journée de formation sur la sécurité et l’équipement de voies d’escalade en falaise.

 

Cette formation est à destination des grimpeurs ayant un bon niveau d’escalade en extérieur (6a ou plus) et qui veulent découvrir les techniques d’équipement des voies d’escalade en falaise.

 

La formation mettra l’accent sur la sécurité : installation d’une corde fixe et d’une main courante, remontée sur une corde, auto-assurance et sur l’équipement : réglementation de l’équipement des falaises, connaissance du milieu naturel, présentation du matériel d’équipement. La formation est orientée sur une mise en situation des stagiaires sur les différentes techniques de sécurité en escalade.

Week-end entretien : 9 au 11 novembre

 

Comme l'an dernier, j'organise un week-end bénévole d'entretien des chemins d'accès et des voies à la falaise de Narse : du samedi 9 au lundi 11 novembre.

 

Cette année, l'accent sera mis sur 3 actions :

  • chemins d'accès : débrousaillage et terrassement des sentiers d'accès des secteurs initiation et grandes voies.
  • secteur initiation : ce secteur est à l'abandon depuis plusieurs années, un lifting s'impose !
  • voie "Le Petit Prince" : nettoyage complet de la voie pour purger les rochers instables,  enlever la terre des vires et la végétation morte.

 

 Retrouvez toutes les infos sur ce week-end en me contactant directement ou en vous connectant à la page Facebook de l'événement :

Eric Chaxel
blog@escalade-lyon.fr

Escalade interdite sur le site du Pic de Vissou !

A l'attention des dirigeants des clubs d'escalade de l'Hérault

Nous vous informons que la pratique de l'escalade est provisoirement interdite sur le site du Pic de Vissou.

En effet, la fréquence abondante de chèvres dans les parois, associée à une sécheresse marquée, a mise à mal la végétation.

De ce fait, la cohésion des structures est instable, voire inexistante, ce qui entraine d'abondantes chutes de pierres pouvant s’accélérer par les fortes précipitations automnales. Dans ces conditions, la pratique de l'escalade est trop dangereuse pour le grimpeur.

Suite à une réunion de la commission équipement du CT34, nous avons sollicité la Mairie de Cabrière pour qu'un arrêté municipal d'interdiction de l'escalade soit mis en place dès aujourd'hui. 

Merci d'en informer vos adhérents et de veiller à ce que vos moniteurs respectent bien cette interdiction.

Nous vous tiendrons au courant de l'évolution de la situation sur ce site.

Merci de relayer ce message dans vos réseaux

Escalade interdite sur le site du Pic de Vissou !

A l'attention des dirigeants des clubs d'escalade de l'Hérault

Nous vous informons que la pratique de l'escalade est provisoirement interdite sur le site du Pic de Vissou.

En effet, la fréquence abondante de chèvres dans les parois, associée à une sécheresse marquée, a mise à mal la végétation.

De ce fait, la cohésion des structures est instable, voire inexistante, ce qui entraine d'abondantes chutes de pierres pouvant s’accélérer par les fortes précipitations automnales. Dans ces conditions, la pratique de l'escalade est trop dangereuse pour le grimpeur.

Suite à une réunion de la commission équipement du CT34, nous avons sollicité la Mairie de Cabrière pour qu'un arrêté municipal d'interdiction de l'escalade soit mis en place dès aujourd'hui. 

Merci d'en informer vos adhérents et de veiller à ce que vos moniteurs respectent bien cette interdiction.

Nous vous tiendrons au courant de l'évolution de la situation sur ce site.

Merci de relayer ce message dans vos réseaux

[Limite d'altitude] Requête en conseil d'Etat (suite)

Comme vous le savez, le SNAPEC, par l'intermédiaire de son avocat, a déposé fin 2018 un recours auprès de la Ministre des sports demandant l'abrogation des articles concernant la limite de 1500 mètres d'altitude des DEJEPS escalade et escalade en milieux naturels.

Suite au silence gardé de deux mois du ministère valant refus, nous avons donc porté l'affaire devant le Conseil d'Etat ce printemps, en attaquant notamment l'illégalité de ce refus sur des bases techniques (formations, niveau de compétences, distinction entre escalade et alpinisme, continuité du milieu rocheux autour de la limite d'altitude actuelle), mais aussi des notions de liberté d'entreprendre versus monopole, d'inégalité de traitement par rapport à d'autres diplômes de l'escalade et d'une manière plus générale du plein air.

La procédure suit son cours, et un nouvel échange de mémoires entre le ministère tentant de justifier cette limite et le SNAPEC a eu lieu en septembre; merci aux référents locaux et d'une manière plus large aux moniteurs et monitrices sollicités en urgence qui nous ont permis d'enrichir et d'illustrer notre réponse - plus technique- dans un délai relativement court !

Nous vous tiendrons bien sûr informés au fur et à mesure de l'avancement de ce dossier.